|

Musiques non classiques

 

Le secteur des musiques non classiques couvre un vaste champ culturel : la chanson française, le rock, la pop, l’électro, les musiques urbaines, le jazz, le folk, le blues, les musiques du monde, la chanson jeune public et les musiques de scène (danse et théâtre).

Missions

Le Service des Musiques non classiques, relevant du Service général de la la création artistique de la Direction générale de la Culture, a pour missions de promouvoir, favoriser et développer la création et les initiatives artistiques dans le domaine des musiques d’expression non classique en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ces missions se traduisent notamment par l’octroi de subventions qui peuvent prendre diverses formes :

-          aide à l’enregistrement sonore,
-          aide à la résidence,
-          aide à la promotion,
-          soutien à l’organisation de festivals,
-          octroi de prix lors de concours,
-          aide aux agences et labels,
-          soutien aux associations de promotion, de diffusion, de développement ou d’information dans le secteur des musiques non classiques,
-          aide au fonctionnement de lieux,
-          à la réalisation de revues spécialisées.

Les modes d'emploi pour l'introduction de demandes d'aides sont disponibles dans la rubrique "Les différentes aides et les conditions d'octroi".

Ces aides s'adressent à la filière musicale professionnelle.

Budget

Le budget global affecté au secteur des musiques non classiques en Fédération Wallonie-Bruxelles s’élève à 2 830 000 € pour l’année 2014 et il se répartit comme suit :
- un montant de 1 796 000 € est alloué aux associations bénéficiant d´un contrat-programme ou d´une convention en musique non classique (conclu ou en cours de négociation) ;
- un montant de 281 000 € est destiné à l’aide aux projets de création en musique non classique (subventions ponctuelles) ; 
- un montant de 427 000 € est alloué aux agences et labels ;
- un montant de 319 000 € est destiné à soutenir les lieux et organisateurs de concerts en musique non classique.

La liste des différents opérateurs du secteur des musiques non classiques est consultable sur ce site dans la rubrique rapports d'activités des précédentes années.

Conseil des Musiques non classiques

Mis en place en 2007, le Conseil des musiques non classiques, composée de douze membres, est chargée de donner un avis sur toute question relative au secteur, qu’il s’agisse de projets artistiques, de la rédaction d’un vade-mecum à l’usage des utilisateurs ou de problématiques d’ordre plus général spécifiques au secteur.
Le Conseil des musiques non classiques possède son propre règlement d’ordre intérieur afin de garantir l’objectivité de ses actes et adhère au code de déontologie commun aux instances d’avis du secteur des arts de la scène. En outre, le Conseil est tenu de rendre des comptes au Ministre de tutelle en lui soumettant, chaque année, son rapport d’activités.
Le Conseil se réunit une dizaine de fois par an. Dans le cadre de sa mission et, à l’heure actuelle, les membres du Conseil examinent environ 300 dossiers par an.
Pour connaître l’état d’avancement de votre dossier, veuillez contacter la personne responsable de votre dossier au sein du Service des Musiques non classiques.
Plus d'informations dans la rubrique "Conseil des musiques non classiques".

Décret des Arts de la scène

Le 10 avril 2003, le Parlement de la Communauté française adoptait un décret- relatif à la reconnaissance et au subventionnement du secteur professionnel des Arts de la Scène. Ce décret a été modifié le 12 octobre 2016 par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Vous pouvez consulter ici, à titre informatique, sa version officieuse.

Ce décret prévoit :
• les bourses d’aide à la création et à la formation continuée ;
• les aides aux projets plurianuuels ;
• les contrats-programmes de cinq ans.
Il instaure également un ensemble de conseils consultatifs dans chacun des domaines. 


Toute aide est conditionnée au préalable par l’octroi d’une reconnaissance.
Toute demande d’aide est examinée, au préalable, par le Service des Musiques non classiques et fait l’objet d’une analyse par l’instance d’avis compétente qui évalue la valeur artistique du projet. Elle adresse ensuite ses avis et propositions de subventions au Ministre de tutelle qui statue.