|

Danse

L´un des six secteurs dépendant du Service général de la la création artistique, le Service de la Danse a pour missions de promouvoir, favoriser et développer la création et les initiatives artistiques dans le domaine de la danse professionnelle d´aujourd´hui en Communauté française.

Ces missions se traduisent notamment par l´octroi de subventions aux compagnies, aux projets chorégraphiques et aux festivals de danse ; par la publication de documents de référence (Guide de la danse réalisé et édité par Contredanse) ; par la réalisation de matériel promotionnel en collaboration avec Wallonie-Bruxelles International et Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse (un livre accompagné d´un DVD reprenant l´ensemble des compagnies subventionnées).
Budgétairement, le Service de la Danse est le domaine des Arts de la Scène qui a connu l´augmentation la plus significative : en dix ans, le budget dévolu à la danse est passé de 3,5 à plus de 6 millions d´€ en 2011. Ce dernier montant comprend la subvention au Centre chorégraphique de la Communauté française Charleroi/Danses (3 320 000 €), les subventions de fonctionnement aux compagnies et associations bénéficiant d´un contrat-programme ou d´une convention (2 317 000 €) et les subventions ponctuelles ou aides aux projets et festivals (450 000 €).
Les trois enveloppes budgétaires ci-dessus correspondent aux trois catégories d´organismes relevant du Service de la Danse : le Centre chorégraphique, les compagnies « permanentes » (aidées structurellement) et les compagnies subventionnées au projet (aidées ponctuellement).
En vertu du décret des arts de la scène 10 avril 2003(.pdf), toute demande de subvention doit être soumise à l’avis d´une instance consultative. Cet avis est transmis au Ministre chargé de la Danse, qui prend la décision finale.
 


Le Décret des arts de la scène

Le 10 avril 2003, le Parlement de la Communauté française adoptait un décret-cadre relatif à la reconnaissance et au subventionnement du secteur professionnel des arts de la scène. Ce décret régit l’ensemble des domaines concernés (théâtre, musique et opéra, danse, arts du cirque et arts forains) et instaure quatre types de subventions :

  • les bourses d’aide à la création et à la formation continuée ;
  • les aides ponctuelles (aides à la création) ;
  • les conventions de deux ou quatre ans ;
  • les contrats-programmes de cinq ans.

Il instaure également un ensemble de conseils consultatifs dans chacun des domaines.


Une politique contractuelle pour les compagnies de danse

Le mode d’intervention financière des pouvoirs publics en faveur des associations culturelles et des groupes artistiques a évolué progressivement vers un système contractuel : né au début des années 1980 dans le secteur théâtral, ce système s’est ensuite étendu à l’ensemble des arts de la scène.
Le contrat passé entre le Ministère de la Communauté française et l’institution artistique – en l’occurrence la compagnie – garantit à cette dernière une subvention déterminée s’étendant sur plusieurs années. En échange, la compagnie s’engage à exécuter entièrement le cahier de charges résultant des négociations entre les parties.
Le décret du 10 avril 2003 distingue deux sortes de contrats :

  • la convention, signée pour une durée de deux ou quatre ans ;
  • le contrat-programme, signé pour une durée cinq ans.

Le cahier de charges prévoit un volume d’activités à effectuer : nombre de créations, de reprises et de représentations. Celui du contrat-programme prévoit en outre un volume d’emploi minimum à assurer, dont une proportion consacrée spécifiquement à l’emploi artistique. La compagnie est enfin tenue d’assurer son équilibre financier, compte tenu de ses ressources.

Vous pouvez consulter ici tous les contrats-programmes et conventions des compagnies de danse subventionnées.

 

Haut de page